Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un rogaton de Marie-Madeleine

 

Alors en gros Marie-Madeleine déjà elle a 3 noms. Elle s'appelle Madeleine, Magdala ou Marie-Madeleine. C'est la sœur de Marthe et de Lazare. Elle a les cheveux longs, on la croit blonde mais parfois, dans la peinture, elle est brune. Au début de sa vie, elle adorait ce que les commissaires d'exposition appellent "la vie mondaine", ce qui veut dire, en termes moins châtiés, qu'elle faisait le trottoir. Elle adorait se balader les seins à l'air, avec du parfum qui sentait très bon et qui aguichait les hommes. Même que sa sœur - Marthe, donc, vous suivez ? - sa sœur a essayé de la ramener à la raison mais ça a pas trop marché, c'était un peu comme pisser dans un violon quoi. En fait ça marchait pas jusqu'au soir où elle est allée dîner chez Simon, dîner où Jésus était invité aussi. Et là, bam, gros coup de cœur, à tel point qu'elle lui a enduit les pieds du parfum contenu dans sa myrrhe, étalé avec toute sa tignasse. Dans la peinture, elle est représentée à 4 pattes sous la table, ce qui ne fait pas très sérieux j'en conviens, mais en fait c'est un signe de dévotion. Et à partir de là, sa vie a pris une tournure bien moins rigolote. Elle s'est prise de passion pour Jésus qui, devant tant de foi et d'amour, l'a pardonnée de tous ses péchés. Certains ont même dit qu'ils étaient amants, mais ça la religion chrétienne ne veut pas en entendre parler. Bref. Puis, est arrivé ce qui devait arriver, Jésus est mort sur la croix et figurez-vous que c'est Madeleine qui, la première, l'a vu ressuscité. Il était si beau, dans son paradis qu'elle l'a pris au départ pour un jardinier. Elle voulait l'approcher car elle l'aimait d'amour pur, plus du tout charnel à ce moment là de l'histoire, mais lui le salaud lui a mis un sacré râteau et a prononcé son fameux "noli me tangere", ce qui veut dire ne me touche pas, moi je monte au ciel mais va informer tous les apôtres de cette bonne nouvelle. C'est ce qu'elle a fait, en bonne fille obéissante, et a partir de là elle n'a plus lu que la bible entourée d'un  crâne, une vanité en termes savants, ce qui représente le temps qui passe, la vacuité des choses, mais ça, c'est une autre histoire. 

Les commentaires sont fermés.