Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le rogaton de l'inhumanité

 

Alma-Tadema.png

L'amour est comme un fluide qui dans l'air volette

Et vient se déposer au gré d'un vent coulis

Sur quelque belle passante, en fait n'importe qui,

Pour nous faire croire alors que c'est d'elle qu'il naquit.

Ensuite on cristallise sur elle le ressenti,

Le bon comme le mauvais, tout s'ancre sur cette miette.

 

Orgueil ,jalousie, regret, scurrilité,

On croit qu'il n'y avait qu'elle pour de nous l'exprimer,

Alors que ce fluide était une maladie

Qui transportait cachés les germes de l'aboulie.

 

L'amour la submergeant l'avait bien travestie,

On n'y voyait plus rien, minuit était midi,

Alors que si l'amour était à elle seule destiné,

Elle n'aurait, rencontrée, plus besoin d'exister.

 

Aimer, ça va, ça vient, on aime n'importe qui,

S'accrocher à une seule ravit les faibles d'esprit,

Croyant ainsi dompter ce qui les étouffait,

Les empêchait de vivre et qui les malmenait.

 

L'amour est éternel, l'amour faut faire avec,

Il ne cède devant rien, il faut l'anesthésier

Et fixer le désir sur une fille ou un mec,

Ou sur rien, une idée, un truc pour l'oublier.

 

 

Et de là l'importance de la fidélité.

Commentaires

  • Ce n'est plus de l'importance, c'est du mérite ! Mais sur le fond, tout est vrai. Aimer, c'est donc facile. C'est de ne plus se savoir aimé qui est difficile... Pierre

  • Aimer est vital, quelle importance de ne plus se savoir aimé puisque c'est l'égoïsme seul qui en porte connaissance ?
    La fidélité semble être la seule chose, action personnelle qui ne sert qu'à celui qui en fait preuve, qui permette de vivre calmement. Si, rompant l'ancre, nous commençons à longer des côtes qu'aucun portulan ne décrit pour découvrir les horizons cachés qu'on imagine si beaux alors que le littoral est partout le même, si, quittant le port familier, nous cherchons à nous installer dans un autre havre, nous nous rendons vite compte que c'est partout pareil et que l'amour, cet océan qui nous peut noyer, nous engloutir, est vraiment un élément qui n'est pas notre nature.
    Cela dit on peut toujours aller faire une petite promenade quand il fait beau.

Les commentaires sont fermés.